Hit Couleurs JAZZ

Aimer ce n’est pas réfléchir, c’est agir, rythmer le souffle et se noyer, s’imprimer l’un à l’autre en murmurant, je t’aime*Le rythme… la pulse, n’est-ce pas l’essence même de la vie ? Tout simplement parce que le ryhme commence par les battements du cœur.

Simon Bolzinger, pianiste, compositeur, arrangeur de formation classique et jazz, est de longue date, féru des musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et des Caraïbes, qu’il retranscrit au piano, ou réarrange pour différentes formations. Il est par ailleurs directeur artistique à Marseille, de l’Assos Picante, (ce joli nom m’a fait bien rire) qui produit cet album.

Cette passion du jazz et des musiques d’Amérique Latine lui vient en particulier d’un stage de deux ans à Caracas, au Venezuela. Et évidemment l’on ne sort pas indemne de rencontres avec de tels musiciens et avec cette culture musicale !

À l’issue d’études d’Ingénieur en Physique et d’un doctorat en acoustique, il opte pour une carrière de musicien professionnel et parcourt le monde avec son groupe de Salsa pendant une quinzaine d’années et approche ainsi différentes cultures et en particulier la musique cubaine.

En 2010 il revient vers le jazz instrumental, tout d’abord en quartet avec le saxophoniste Olivier Temime pour l’album CD « Cantos Queridos », puis en trio pour ce nouvel opus : Ritmos Queridos.

Il nous confie : «  Ritmos Queridos, voilà neuf de mes rythmes préférés chéris autant que les chants, que j’aime faire tourner sur mon piano ou dans ma tête. Car ils portent en eux l’identité d’une région, d’un pays, d’un peuple ou d’une musique. Je les ai d’abord découverts au fil des « Rencontres Tambor y Canto » à la Cité de la Musique de Marseille. Ensuite j’ai commencé à les apprivoiser, en me glissant avec mon clavier entre percussionnistes et chanteurs.

Puis je les ai ramenés à la maison, et je les ai montrés à mes camarades de jazz… Mes « rythmes chéris » auront sûrement bien changé depuis le début du voyage, mais qu’importe, pourvu que l’on arrive, à l’écoute de cet album, à partir en voyage musical pour l’Amérique, celle du Sud, qui parle espagnol et portugais, celle des llaneros, des boleristas ou des candomberos, là où la musique est danse, danzón, côco ou huayno. »

Quand la fusion entre la tradition d’un continent d’une telle richesse musicale et le jazz d’aujourd’hui opère de si belle manière, avec autant de générosité, de talents, et de sens des rythmes, on a là entre les oreilles, un bijou non seulement de virtuosité, mais de musicalité.

L’album ouvre sur un Joropo vénézuélien, « Quitapesares » qui vous laisse pantois, tellement votre corps réagit et ne vous laisse pas en paix : impossible de ne pas se lever pour esquisser quelques pas ou au moins, si les circonstances vous en empêchent, d’au moins battre des pieds et onduler du buste. Puis les rythmes différents et les couleurs du Pérou, du Mexique, de Cuba ou du Brésil se succèdent sur des rythmes chaloupés ou rapides tous différent et emplis de 1 000 couleurs.

La rythmique, évidemment essentielle dans cette musique, est tenue de mains de maîtres par le contrebassiste et compositeur marseillais d’origines guadeloupéenne et sicilienne, Willy Quiko et par le sicilien résidant à Marseille, Luca Scalambrino qui lui aussi fut initié aux musiques vénézueliennes.

Un autre musicien invité de marque, le percussionniste Alvaro Perez vient compléter le trio sur quelques titres. Alvaro est un spécialiste du candombe, un genre musical développé en  Uruguay et dont les origines remonteraient à l’Afrique bantoue.

«Ritmos Queridos » est un album Hit Couleurs Jazz que vous pouvez retrouver dans son intégralité à l’écoute de Couleurs Jazz Radio.

Interprètes :

Simon Bolzinger (piano)

Willy Quiko (contrebasse, basse)

Luca Scalambrino (batterie)

Invité :

Alvaro Perez (percussions)

©Photos Robert Halle

(*) Bernard Gireaudau

Leave a Reply

Pin It on Pinterest