La Fabrique à Concert reçoit un quintet international pour son 3ème rendez-vous de la saison, cette fois en partenariat avec Jazz à l’ Étage. C’est également le premier concert de ce festival qui inaugure sa dixième édition .

Le 9 février 2019, Le Théâtre Chateaubriand affiche complet pour accueillir le Yutaka Shiina Quintet, ainsi composé :

Yukata Shiina : piano

Max Ionata : saxophone ténor

Pierrick Pédron : saxophone alto

Thomas Bramerie : contrebasse

Junji Hirose : batterie

J’avoue que je ne connaissais ni le pianiste, ni le batteur et ni le sax ténor avant ce concert !

Yutaka Shiina fait pourtant partie de l’élite de la scène jazz de Tokyo. Il a joué avec Elvin Jones, Roy Hargrove, Joshua Redman, Christian McBride…

Max Ionatan’est pas en reste pour avoir collaboré avec Lenny White, Robin Eubanks, Steve Grossman, Mike Stern, Bob Mintzer…

Nul besoin de présenter aux avertis,  Pierrick Pédron et Thomas Bramerie.

Je n’ai pas non plus d’informations précises sur le batteur Junji Hirose. Un fameux saxophoniste japonais porte exactement le même nom !

Venons-en donc au concert lui-même.

Pierrick Pédron, presque sur ses terres et heureux de retrouver sa famille, se fera le porte-parole du groupe et présentera les morceaux. Ils interprèteront des compositions de Yutaka Shiina, une composition de Pierrick Pédron, « Waltz for a king » dédiée à Peter King  et un medley de ballades.

Les musiciens achevant leur tournée à St-Malo les automatismes et la complicité pourront alors s’exprimer sans retenue.

Le quintet déroulera les formules en trio, quartet ou quintet, au gré des morceaux.

La doublette de saxophonistes est impressionnante par sa maitrise du son, ses dialogues, sa complémentarité. Pierrick Pédron est vraiment au sommet de son art et Max Ionata est loin de s’en laisser compter, sans pour autant tomber dans une sax battle. Quel lyrisme par moment de la part du ténor transalpin !

Le duo de saxophonistes a sans doute un peu volé la vedette à Yutaka Shiina. Mais on a pu apprécier d’une part la qualité de ses compositions et d’autre part son jeu et toucher de piano qui nous font comprendre pourquoi il a côtoyé et continue toujours de côtoyer les meilleurs jazzmen .

Je vous laisse imaginer qu’avec une telle rythmique, contrebasse-batterie des sommets seront atteints.

Née de cultures et d’expériences diverses, cette formation sonne exceptionnellement bien.

Sans doute l’un des plus grands concerts de La Fabrique, qu’il m’ait été donné d’écouter !

Une tournée au Japon est prévue et d’après Pierrick Pédron et très vraisemblablement un enregistrement sera produit.

Pourvu !…

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Pin It on Pinterest