Chi va piano va sano, c’est un peu l’adage qui donne le la des émotions qui rassemblent acteurs et spectateurs de cet événement, au cœur du vignoble des Costières de Nîmes.

Le Festival Piano, Piano, qui fêtait en mai 2019, sa deuxième édition présente plus d’une originalité. En plus du Jazz associé à la découverte des vins d’un terroir, s’y ajoutent, la gastronomie, le plaisir de la chère, mais également la notion de partage entre amis.

L’instigateur de ce joli projet n’est autre que Luc Baudet, accompagné de son associé, Bruno François, propriétaires du Clos des Centenaires et qui ont pour cette occasion, choisi de partager avec le public une expérience unique autour de la musique, du vin et de la gastronomie. Pour cette 2ème édition, ils accueillaient des Jazzmen de renom, bien connus des auditeurs et des lecteurs de Couleurs Jazz Media, et de Couleurs Jazz Radio.

Jacky Terrasson, pianiste et parrain de l’événement, accompagné de son fidèle ami, bugliste et trompettiste, Stéphane Belmondo et avec comme invité-surprise le vibraphoniste Franck Tortiller (né d’ailleurs dans une famille de vignerons de Bourgogne !)

Donc 3 étoiles du jazz pour répondre à celles des chefs des restaurants et aux pâtissiers qui confectionnèrent ce dîner d’exception.

Retrouvons ces chefs et Luc Baudet qui voulurent bien répondre à nos questions :

Hugue DufourJe suis ici un peu en vacances ! Car j’ai participé à la 1èreédition l’année dernière, grâce à Luc Baudet qui a décidé, suite à une rencontre dans mon Steak House à New York, où il y avait déjà Jacky Terrasson qui jouait, il y a 4 ou 5 ans. Puis le projet autour du vin de Luc, de ma cuisine, et de la musique de Jacky s’est monté au fil des discussions. Jouer, goûter du vin autour d’un repas gastronomique.

C’est donc une rencontre entre copains, histoire de saturer l’ensemble de nos sens.

 

De gauche à Droite : Nicolas Michel, Hugue Dufour, Luc Baudet, Jacques Pauper

Couleurs Jazz Radio – Et c’est donc Luc qui a permis la concrétisation de ce joli projet ?

Luc BaudetOui c’est l’émulsifiant, la mayonnaise. Autour de Jacky qui adore la cuisine, de Hugue qui adore la musique aussi, et de moi-même qui adore tout ça. Et cela s’est fait car ce sont des gens de partage, des gens extraordinairement ouverts. Il n’y a pas d’ego. Ils sont prêts à prendre des risques, à relever ce défi. Même si il n’y a pas tellement de risque pour Jacky de se mettre derrière un piano. Il a tout de même accepté d’être le parrain de ce modeste festival qui n’a pas une très grande jauge.

Disons que l’on a beaucoup de chance de pouvoir réaliser ça « à la maison » au milieu des vignes. Et les spectateurs savent que c’est une chance rare de pouvoir les voir dans des conditions aussi intimes.

Hugue Dufour – Oui et il est sûr que ceux qui ont pu assister l’année dernière à la première édition seront également ici ce soir !

A noter qu’il y a eu également une édition le mois dernier à New York. Donc comme un aller retour dans mon Steak House à Long Island City dans le Queens. Ce furent deux jours de concerts avec des chefs d’ici (du Gard). Michel Benet, Serge Chenet, Jerôme Nutil et Pierre & Laure Francin qui sont venus.

Couleurs Jazz RadioEt ici dans les Côtières de Nîmes, il y a aussi Nicolas Michel !

Nicolas Michel – Oui moi je suis le copain, la deuxième fournée qui vient d’arriver. Une très belle opportunité pour moi de venir participer à cette belle représentation et d’y mettre un peu de ma patte.

Hugue Dufour Oui et maintenant tout est mélangé, on ne sait plus exactement qui fait quoi !

(note : en effet, chaque chef a décidé de réaliser un plat et les autres chefs, comme des sidemen ou des commis de luxe, aident à la réalisation. Une attitude très jazz !)

Nicolas Michel C’est ça, c’est avant tout une bande de copains qui sont là pour partager des belles choses de la vie.

Moi aussi j’ai un restaurant mais situé près de la Gare de Lyon « Le Cotte Rôti » qui est très porté sur la viticulture. Voilà c’est ce qui nous réunit tous, les vins, les copains, la table et les émotions, avec ces grands artistes de jazz aujourd’hui. Le restaurant est malheureusement un peu petit pour y accueillir des concerts de jazz, à l’inverse de celui d’Hugue à New York.

Hugue DufourOui mon steak house est situé dans un ancien garage avec des puits de lumière, dans lesquels le son s’engouffre de manière assez incompréhensible. Il y a beaucoup de racoins, J’y organise aussi des concerts de toutes sortes de musiques.

Luc BaudetL’endroit est assez magique. Quand par exemple Jacky est venu jouer son piano solo, en plus de la chaleur de l’accueil grâce à Hugue, la sonorité était magnifique ! Et le jazz est une musique qui s’adapte très bien avec vos styles de cuisines, ce mélange de rigueur et de créativité et ces variations grâce aux techniciens très solides que vous êtes, mais avec cette pointe de folie dans le changement. Pour moi, votre cuisine, est une cuisine jazz !

Couleurs Jazz Radio Peut-on dans votre cuisine, faire comme en jazz, c’est à dire, sortir de la partition ?

Luc BaudetOui tout à fait, et comme en musique, pour sortir de la partition il faut déjà entrer dedans, la maitriser, savoir de quoi il s’agit, sinon on ne s’en sort pas.  Mais c’est la même chose en effet.

Couleurs Jazz Radio Et c’est un travail d’équipe également, comme dans le vin, la cuisine ou le jazz… Il faut s’écouter, se regarder…

Luc BaudetOui quand je les vois travailler, c’est cette capacité à être très efficace, jusque dans le service, Je trouve cela fascinant de les regarder faire. Cette capacité dans un temps si court de concevoir puis réaliser ces chefs d’oeuvres culinaires.

Hugue DufourOui c’est intéressant ces parallèles. On travaille souvent seul comme chef en cuisine puis là lors de ces expériences, il y a un échange, entre nous, des improvisations et voir même une symbiose.

Nicolas Michel – Oui nous arrivons d’univers différents avec nos propres idées et nous échangeons, proposons et réalisons ensemble. Des points de détails chez l’autre peuvent être des sources d’inspirations. Chacun peut u ajouter sa touche.

Couleurs Jazz Radio Et pour le vin ?

Luc BaudetLe vin c’est bien sûr un travail d’artisan, de soin dans le détail !

Et puis ça reste une activité humaine : ce que le cerveau est capable d’ajouter comme créativité. Nous sommes foncièrement tous des créatifs. De l’inspiration et du soin dans le détail. D’ailleurs, le vin est un complément naturel de la cuisine. Puis la musique et en particulier le jazz est quelque chose qui nous touche directement, émotionnellement. On aime que nos vins touchent les gens aussi.

Couleurs Jazz RadioVous disiez à midi dans le magnifique restaurant de Jérôme Nutile, que les vins ne se goûtent jamais mieux qu’avec la nourriture. (Surtout celle-ci !) En est-il de même avec la musique ?

Luc Baudet : Bien sûr car tous les sens travaillent en parallèle. Le son fait partie des récepteurs de nos émotions également.

C’est ce qu’on appelle du renforcement positif : on est avec des gens qu’on aime, on écoute de la bonne musique, on déguste de bons plats : tout converge donc vers davantage d’inspirations et d’émotions.

Hugue Dufour : Dans ma cuisine il y a toujours de la musique, on accouche de nos idées sur de la musique. Toujours.

Le Menu du Festival !

Recette de Serge Chenet – Entre Vigne & Garrigue – 1* Michelin, Pujaut :

Gâteau d’Aubergine Provençal, coulis de poivron doux, et croustillant de gambas.

Vin de Madame La Comtesse Lirac 2016 – Château de Montfaucon

Recette de Jérôme Nutile – 1* Michelin, Nîmes :

Petit Salé de Homard sur un crémeux de primeurs, gelée claire de carapace et caviar Aruga.

Vin : Clos des Centenaires Roussanne 2018.

Recette de Michel Benet  – La Vallergue Traiteur, Avignon :

Dos de mérou piqué au laurier sur son olivade de primeurs au basilic

Vin : Clos des Centenaires Cinsault 100% 2016

Recette de Nicolas Michel – Le Cotte Rôti, Paris :

Tartare de toro fumé au couteau échalottes marinées sur un air de « Hollandaise »

Vin : Clos des Centenaires Cinsault Syrah 2017

Recette de Hugue Dufour – Restaurant M.Wells 1* Michelin, New York, USA :

Le cochon de la ferme Beauregard

Vin : Clos des Centenaires Grenache 2016 – Magnum.

Recette de Pierre et Laure Francin – Patisserie Pierre & Laure Franin, Nîmes :

Croustillant Prâliné pistache et abricot poché à la fève de Tonka.

Vin : Condrieu Tandem 2016

Un mot sur ces vins artisans et ce terroir du Rhône Sud.

Y sont élaborés des vins sincères et profonds, à caractère gastronomique, dans un mas du XVIIIème siècle, le Château Haute Bergerade, faisant face à la Méditerranée et aux étendues d’eau de la réserve naturelle de Petite Camargue.

Luc et Bruno ne cessent de hisser leur vignoble vers le haut et provoquent en nous, de belles surprises et de grandes émotions.

Le Clos des Centenaires est né de la volonté des propriétaires de créer des vins fidèles à ce terroir entre terre et mer. Un vallon au creux des oliviers centenaires et des chênes majestueux. Les atouts y sont nombreux : un climat maritime, des sols drainants et profonds, des galets roulés façonnés il y a 3 millions d’années par le Rhône, des sables alluvionnaires et une argile rouge respirante. Mais c’est surtout ce que le temps leur a offert : des ceps puissants, enracinés profondément dans le sol qui donnent des raisins qui révèlent lentement leur généreuse complexité.

Le duo Jacky Terrasson / Franck Tortiller en première partie, puis Jacky Terrasson / Stéphane Belmondo furent à la hauteur du talent des chefs et des vins ! le plaisir du lieu, de la bonne compagnie d’un public de connaisseurs. Tout était réuni pour mettre en valeur leur savoir-faire et leur talent : des improvisations inspirées et une maitrise parfaite, malgré la pluie fine, qui un moment s’abattit sur les musiciens et leurs instruments.

 

 

©Photos Patrick Martineau/JzzM

Leave a Reply

Pin It on Pinterest