Newport, Rhode Island – Il est difficile de dire qui rayonnait de ses plus atours, lors de la 65e édition du Newport Jazz Festival : le soleil du début du mois d’août ou les étoiles qui se sont produites sur les quatre scènes autour du Fort Adams State Park ?

Sans doute aucun, les 22 800 festivaliers ont été illuminés. Près de 60 formations, rassemblées par le directeur artistique Christian McBride ont contribué à l’organisation d’un événement remarquable sur trois jours et célébrant la musique du monde entier, remontant dans le passé du jazz, célébrant son présent et laissant augurer de son potentiel futur.

Herbie Hancock

En tête d’affiche, le festival ne pouvait faire mieux que de choisir comme vedette, Herbie Hancock. Comme Christian McBride l’a dit lors de l’introduction de Hancock, son influence reste énorme: « C’est la raison pour laquelle nous sommes tous ici. » , Lionel Loueke à la guitare et au chant, Terrace Martin au clavier et au saxophone, et les percussions de Vinnie Colaiuta. Herbie Hancock a distillé sa musique remontant à ses débuts avec Headlunter et Chameleon ainsi que d’autres mélodies classiques qui ont démontré le dynamisme de la musique de ses débuts, il y a presque 50 ans.

Comment profiter au mieux d’une tête d’affiche comme Herbie Hancock pour clore le premier jour du festival? Eh bien, faites-le revenir pour le deuxième jour avec un «triumvirat» comprenant le batteur Colaiuta et Christian McBride lui-même à la contrebasse. La chimie, le talent artistique et la joie pure opèrent alors de suite, alors qu’Herbie lance le premier morceau: Footprints de Wayne Shorter. « Pour tout musicien de jazz en herbe, ce morceau est un must à connaître […] Et Wayne Shorter se trouve être l’un de mes meilleurs amis. »

Hancock ne peut prétendre être le père du jazz, mais il peut peut-être prétendre en être son fils ou son esprit. Tandis qu’il jouait et jouissait des performances de ses collègues musiciens à Newport, on ne pouvait s’empêcher de penser à la façon dont il opposait son mentor, Miles Davis. La présence de Miles sur la scène était sombre, sombre et menaçante. Il a souvent joué dos au public. Sa direction des autres membres du groupe était clairsemée et cryptique («Ne jouez pas les notes de beurre», dit-il un jour à Hancock). Miles Davis a sorti un album Miles Smiles, mais ce fut rare. Herbie Hancock à Newport, en revanche, arborait un large et joyeux sourire ou affectait une grimace de plaisir en entendant ce que McBride ou Colaiuta envoyaient. Herbie, maintenant âgé de 70 ans, apprécie clairement de jouer et de redécouvrir la musique qu’il aime sur scène et explorer les nouvelles choses qu’elle peut encore lui apporter, avec les musiciens avec lesquels il aime jouer.

The Triumph of the Tried & True

Tandis que Christian McBride a fait un excellent job en programmant pour le Festival des artistes de jazz populaires émergents et actuels, le Newport Jazz Festival a montré que les anciens du genre avaient également toujours beaucoup à offrir. Ron Carter, Sun Ra Arkestra, Ravi Coltrane, le Spanish Harlem Orchestra, et Ralph Peterson and the Messenger Legacy ont tous apporté au festival l’empreinte durable du jazz et sa puissance en constante évolution.

Sun Ra Arkestra: “Space is the Place”

Ouvrant le Festival sur la scène du Fort vendredi, Sun Ra Arkestra semblait venir d’un univers alternatif. La musique s’inspirant beaucoup des riffs et des rythmes classiques du jazz traditionnel, puis l’intègrant à des sons électroniques et lointains. Vêtu de robes ethniques, le groupe rappelle le passé en évoquant le futur. Marshall Allen, âgé de 95 ans, joua du saxophone alto et d’un instrument à valve électronique, un synthétiseur, qui aurait pu être extrait de la bande originale d’un film de science-fiction.

Sun Ra Arkestra offre une vision éternelle d’un autre monde, celle du jazz : celle qui cherche en permanence un nouvel horizon et expérimente ce qui pourrait être. Comme Marshall Allen l’a chanté : « Il n’existe de limites à ce que je peux faire. »

Ralph Peterson & The Messenger Legacy

Lorsque Christian McBride a annoncé Ralph Peterson & The Messenger Legacy, il a rendu hommage à l’instigateur. «Personne n’a le souffle  d’Art Blakey», a-t-il déclaré. Le batteur Ralph Peterson et de nombreux membres du groupe The Messenger, eurent le plaisir de jouer avec Art Blakey, qui est devenu plus une icône vénérée que le simple leader d’un groupe devenu populaire il y a plus d’un demi-siècle.

Et même si le pianiste Geoffrey Keezer est né après la disparition d’Art Blakey en 1990,La performance de Newport a souligné que cette musique ne serait jamais un artefact oublié tant qu’il y aurait des musiciens et des auditoires avec du sang rouge dans les veines et le désir de trouver ce groove cool.

Women Singers Offer Soul, Sacredness, Synchronicity

Bien que de nombreux festivals de musique s’efforcent de trouver un équilibre entre interprètes masculins et féminins, Christian McBride ne semble pas avoir ce problème. À Newport, les contributions des femmes en tant que dirigeantes, influenceuses et interprètes étaient bien présentes. Ces femmes ont célébré la beauté de la vie et ont rappelé aux festivaliers que le pouvoir de l’amour et de l’espoir (et de la musique) peut remédier aux maux politiques et sociaux auxquels sont confrontés les États-Unis et le monde d’aujourd’hui.

Première au Festival de Newport pour Dee Dee Bridgewater.

Alors que son groupe, The Memphis Soulphony, a d’emblée conquis le public avec «Soul Finger», Dee Dee Bridgewater a frappé la scène du Fort avec toute son énergie sexuelle, son pouvoir et sa dignité de «marraine de l’âme». Pour ses débuts au Newport Festival, elle a présenté les chansons qu’elle écoutait sur son transistor en grandissant ; des chansons qui façonnèrent sa jeunesse et fournirent ainsi une bande-son à sa vie. Elle a entonné des classiques tels que «Going Down Slow,», «Can’t Get Next to You Babe», «Why (I’m Treated So Bad?),” et “Are you Ready.».

Sa prestation eut la capacité de modifier votre rythme cardiaque et d’augmenter votre tension artérielle. Ses monologues pointaient l’injustice sociale et à l’injustice de l’amour. À la fin de son set, elle n’a pas eu besoin de jeter l’as, mais a plutôt posé deux rois: «Don’t Be Cruel», généralement attribué au roi du rock n Roll Elvis Presley et  «Thrill is Gone» de BB King. (« BB est mon roi« , déclara Dee dee). Pour Dee Dee Bridgewater et ses fans, les frissons se prolongent encore.

Buika

La voix de Buika possède la capacité de déchiffrer des phrases passionnées et torturées qui sont la raison de vivre de tout chanteur de flamenco espagnol ou de fado portugais. Loin d’être triste, sa musique est édifiante. Soutenue par un groupe de jeunes talents composé uniquement de femmes et comprenant Yoon Mi Choi aux claviers, Porcia Angelina à la basse, Nicole Glover au saxo et Yissy Garcia à la batterie. Buika embrasse la musique du monde imprégnée de rythmes afro-latinos et d’influences traditionnelles du jazz.

C’était la première fois que le groupe se produisait à Newport et, alors qu’ils avaient cette pression supplémentaire, aucun signe n’était visible ni audible. Au lieu de cela, le groupe évolua avec agilité tout le long du set de Buika. La musique de Buika vous fait remonter le fleuve où l’amour jaillit d’abord et redescendre le fleuve où les cœurs se noient. Sa performance fut sublime. Son chant exprime la soumission à la douleur de l’amour mais n’en est jamais l’esclave. «Parlons de mensonges», déclara-t-elle avant d’entraîner une nouvelle fois la foule avec sa passion et sa maîtrise du chagrin.

Kandace Springs

La voix de Kandace Springs est aussi douce que celle d’un chaton.

Grâce à sa capacité à murmurer et ronronner les paroles, elle est le genre de chanteuse qui peut faire résonner la gorge en musique. Double menace, Kandace Springs est aussi une pianiste experte influencée autant par Oscar Peterson et Bill Evans que par Sade, Billie Holiday et Ella Fitzgerald. Ses doigts sautent autour des touches du piano avec les prouesses d’une panthère jouant avec sa proie.

Pour un jeune musicien, Kandace Springs a la maturité nécessaire pour envelopper une chanson autour de son doigt et l’ntortiller à sa guise. Chris Gaskell à la basse, Connor Parks à la batterie et Elena Pinderhughes à la flûte ont soutenu Kandace sur la scène Quad. (Pinderhughes a également rejoint Hancock sur scène pour clore le premier jour du festival).

Dianne Reeves

Le vieux dicton “ceux qui chantent bien prient double” pourrait être utilisé pour décrire Dianne Reeves. Quand Dianne chante, elle creuse profond. Elle chante avec son corps tout entier. Elle chante de tout son coeur et avec toute l’entièreté de son âme. Elle tend la main et vous attire dans la douce chaleur de sa voix et la lueur de son être. Son groupe, composé de Peter Martin au piano, de Romero Lubambo à la guitare, de Reginald Veal à la basse et de Terreon Gully à la batterie, a fourni un tapis magique sur lequel la voix de Reeves s’est envolée.

 

Son arrangement de « Dreams » de Fleetwood Mac, par exemple, lui a permis, à elle et à son groupe, d’explorer de riches textures et de nouveaux rythmes pour son morceau d’ouverture à Newport. Les exercices de callisthénie vocale de Dianne Reeves renvoient aux sons mystiques africains et, pour être honnête, personne ne sait mieux le faire. Il y a une grâce à propos de la présence de Dianne. Elle nous appelle à la lumière avec amour et nous pousse vers l’avant. Elle est une grande Lady du jazz et a chanté lors de son set, son plaisir de pouvoir assister aux magnifiques performances de Dee Dee Bridgewater et de Buika, qui étaient sur scène plus tôt dans la journée.

Corrine Bailey Rae

Détendez-vous les puristes du jazz ! Corrine Bailey Rae n’était pas là pour faire tomber la pluie sur votre défilé. Sa pop inspirée par le jazz et sa performance enthousiaste étaient contagieuses et aussi brillantes que son sourire. Elle était exactement ce qu’une journée d’été ensoleillée au bord de l’eau peut procurer. Corinne Bailey Rae a chanté et joué de la guitare avec son groupe: Steve Brown (claviers), John McCallum (guitare) et Myke Wilson (batterie). À la fin de son set, le public chantait et se baignait dans la lumière émanant de la scène.

Une nouvelle garde fait sentir sa présence.

Certaines des performances les plus puissantes du week-end nous vinrent de la nouvelle garde des imprésarios de jazz, comme Kamasi Washington, Thundercat, Tia Fuller, The Bad Plus, Ghost Note et Mwenso & The Shakes. Ces musiciens ont apporté énergie, engagement et créativité nouvelle, prouvant que le jazz s’améliorait, évoluait sans cesse et constituait une forme d’art évoluant avec une force à la fois intellectuelle et physique.

Feel the Magic. Hear the Roar. Thundercat is Loose.

Christian McBride retira son chapeau de directeur artistique pour un moment et enfila son chapeau de contrebassiste, lorsqu’il annonça Thundercat (alias Stephen Bruner) sur la scène du Fort. « Je dois l’admettre : j’ai des sentiments mitigés à propos de ce prochain acte »,  déclara le directeur artistique du Festival à un public gloussant déjà de la blague. Puis Thundercat, sa basse à six cordes à la main, prit position derrière le micro. «Êtes-vous prêt à vous lancer ?» Thundercat a ensuite attaqué les cordes de sa basse et s’est secoué la tête pendant que son groupe composé de Dennis Hamm aux claviers et de Justin Brown à la batterie suivaient son rythme et poursuivaient sa performance frénétique et impressionnante.

Thundercat a attiré une foule plus jeune et enthousiaste, plus à l’aise avec le monde des jeux vidéo, des sons électroniques et de la fusion progressive. La basse de Thundercat produisait parfois un son dur, funky-whah, qui contrastait avec sa douce voix de fausset et ses paroles mélodiques. Il produit une quantité énorme de son et d’énergie. Parfois, son jeu explose d’énormes acrobaties sur les touches accentuées par les dimensions de la partition de Justin Brown et sur les claviers de Dennis Hamm.

Thundercat envoya, envoya et envoya.

Kamasi Washington

Kamasi Washington impose sa présence.

Habitué de la scène du parc national de Fort Adams, où il a clôturé le deuxième jour du festival, Kamasi Washington s’exprima de sa voix douce et reconnut sa chance de pouvoir monter sur la scène de Newport et de voyager à travers le monde en jouant la musique qu’il aime avec ses amis et sa famille. Lorsqu’il a appelé son père sur scène, Ricky Washington (flûte et saxo soprano), il l’a présenté comme l’homme qui lui apprit tout ce qu’il savait sur la musique. Il joua son premier album (un triple album) Epic, sur la scène de Newport cette année.

Confiant, colossal, cool et toujours sous contrôle, Kamasi Washington et son groupe, constitué de Ryan Porter trombone, Brandon Coleman, keyboards, Ronald Bruner Jr et  Tony Austin à la batterie, Miles Mosley basse, and Patrice Quinn, voix ont une manière de projeter leur musique vers le public tout en vivant apparemment au plus profond d’eux, le groove de chaque temps et le son de chaque note.

Le respect et l’affection qu’ils se montrent lorsqu’ils échangent des solos n’est égalé que par le respect qu’ils témoignent à leur auditoire et par les dieux qui leur permettent de parcourir le chemin qu’ils ont choisi ensemble. Le deuxième album de Washington paru l’année dernière, Heaven & Earth, poursuit l’oeuvre commencée par The Epic. Sa performance à Newport prouve que Kamasi Washington s’impose comme une force créatrice et puissante du jazz pour les années à venir.

Tia Fuller – Journey of the Diamond

Préparez-vous à ce que Tia Fuller vous montre comment les diamants sont fabriqués et à quel point ils peuvent briller de mille feux. Elle joue avec clarté et engagement et a apporté son style percutant et mélodique à la scène du Port de Newport. Tia Fuller, qui était autrefois membre du groupe 100% féminin de Beyonce, est une artiste qui commence seulement à polir les diamants de son talent.

Mwenso & the Shakes

La première étape du festival, vendredi matin, fut marquée par l’immense énergie, la vitesse et l’élan imprimés par Mwenso & the Shakes. S’appuyant sur une myriade d’influences allant de la prestation R & B de Sly & the Family Stone aux rythmes afro-latins, en passant par les récits compliqués et décalés de Frank Zappa, Michael Mwenso n’a pas réuni un groupe, il a créé une expérience. Son parcours l’a conduit à travers trois continents et a englobé toute la musique que le monde a à offrir.

Né à Free Town, en Sierra Leone, Michaël Mwenso a ensuite déménagé à Londres où il a trouvé ses bases musicales. Il appelle maintenant Harlem chez lui où les fantômes de la grande musique locale infusent et influent sa vision sur la musique. Sur scène, il dirige son groupe à travers des numéros de musique et de danse étroitement chorégraphiés qui évoquent le familier et s’aventurent dans des paysages sonores inconnus. Mwenso & the Shakes ne peut pas être rangé dans une boîte (combien de groupes ont un danseur de claquettes dans le line-up?) Et ne peut surtout pas y rester enfermé. L’atmosphère sous-jacente qui jaillit de cette musique ne sert pas seulement à divertir. Elle fait vibrer l’air de plaisir, apporte positivité et lumière. Laissez la guérison opérer.

Mwenso and the Shakes ce sont : Michaël Mwenso pour la voix, Kyle Poole à la batterie, Russell Hall à la basse, Mathis Picard au piano et aux claviers, Gabe Schnider à la guitare, Julian Lee et Ruben Fox aux saxophones tenor, Michela Marino Lerman au chant et aux claquettes, et Vuyo Sotashe au chant.

Cette chronique du 65ème Newport Jazz Festival ne relate que des deux premiers jours de l’événement et ne parle que des musiciens que l’auteur a eu le privilège de voir se produire. Le Newport Jazz Festival a lieu chaque année le premier week-end d’août. Pour les musiciens et les amateurs de jazz du monde entier, il s’agit d’un événement de premier plan dans le calendrier des festivals de jazz. Pour plus d’informations, s’il vous plaît allez sur le site : www.newportjazz.org.

Toutes les Photos ©Thomas Marsh

One Comment

Leave a Reply

Pin It on Pinterest