Le pianiste new-yorkais Brad Mehldau est depuis plusieurs années déjà, une légende vivante du jazz. Son retour à la Philharmonie de Paris est un moment très attendu de la saison hivernale.

Il n’est pas rare de rencontrer des mélomanes pour qui, il est le pianiste préféré. Les critiques ne sont pas en reste, vouant dans leur grande majorité, respect et admiration pour l’homme et le musicien en particulier.

Si il s’est fait connaître et surtout reconnaître par cette création d’un genre nouveau et que l’on peut le qualifier de  figure de proue de ce mouvement cross jazz, qui consiste à jouer des mélodies des Beatles, de Radiohead, de la pop music en jazz, Brad Mehldau a joué surtout avec les plus grandes figures classiques du jazz : Wayne Shorter, Charlie Haden, Jeff Ballard, Larry Grenadier, Lee Konitz, Paul Mossian, Pat Metheny , Christian McBride… Et réinventé en particulier l’art du trio classique, piano, contrebasse, batterie.

© Photo Michael Wilson

Mais Il a également multiplié les collaborations inattendues avec des musiciens venus d’autres univers comme la Soprano Renée Fleming, la pianiste classique Dalia Lazar…

Grand admirateur de la musique allemande du XIXe siècle, dont il s’est notamment inspiré pour son album pour piano solo Elegiac Cycle (1999), il a fait de sa rencontre avec le ténor Ian Bostridgeune évidence. Ce dernier, grand interprète des Lieder de Schubert, chantera cette fois-ci les compositions de Mehldau.

Ensemble, ils explorent avec brio des airs du répertoire.

Un concert à ne pas manquer à La Philharmonie, le lundi 25 février à 20H30.

©Photos couverture & header Patrick Martineau.

Leave a Reply

Pin It on Pinterest