Confinés, confinés… Nos chaînes d’informations et autres médias nous rappellent à chaque instant que oui, nous sommes prisonniers de nos propres maisons, coincés entre quatre murs et que nous risquons de l’être encore quelque temps. Dans ce contexte, la rédaction de Couleurs Jazz se mobilise pour vous proposer une échappatoire.

Il est temps de combattre l’enfermement ! Couleurs Jazz vous a concocté une série de quatre playlists, dont « Invitation au Voyage » est la première, chacune sur un thème différent qui, selon nous, pourra vous aider à mieux traverser cette situation ou espérons-le, à moins y penser.

Chaque playlist consistera en une sélection de 20 titres comprenant des nouveautés marquantes et des coups de coeur de la rédaction.

20 titres, pour une respiration jazz dans votre journée. Aujourd’hui, on s’évade !

Pour s’évader avec Couleurs Jazz, pas besoin d’attestation ! Au programme d’aujourd’hui, le voyage avec des morceaux, qui évoquent, s’inspirent et se nourrissent de lieux qu’il nous fallait vous garder accessibles, au moins par la pensée et en musique. Avant de fermer les yeux et de vous transporter ailleurs, quelques indications sur la composition de cette playlist pour guider votre écoute.

Nouveautés

Ces dernières semaines ont été particulièrement riches en sorties remarquables mais deux nouveautés ont particulièrement retenu notre attention pour cette playlist ‘Invitation au Voyage’.

Issu du dernier album de Joey Alexander (un petit bijou soit dit en passant !), le titre Warna que nous avons sélectionné est un hommage à son Indonésie natale. En compagnie des éminents Larry Grenadier à la contrebasse et Kendrick Scott à la batterie, le jeune pianiste signe une composition à l’image de l’album : un jazz élégant, lumineux au discours rythmé et accrocheur.

Difficile également de passer à côté de l’excellent Ti Bird de l’harmoniciste Olivier Ker Ourio. Une pépite aux couleurs d’outre-mer : percussions et rythmes chaloupées sont à l’honneur pour mettre en relief toute l’expressivité de ce maître de l’harmonica Jazz.

Nos coups de coeur

Dans cette sélection autour du voyage, nous comptons aussi des pièces particulièrement chères à nos cœurs.

La première ne nous emmène pas bien loin : en Haute-Savoie ! C’est là-bas que le Foehn Trio a décidé d’enregistrer son premier album, Magnésie, dans lequel on trouve le tranquille et lumineux Call of The Mountains. Les trois jeunes et talentueux musiciens ont, par ailleurs, sorti un nouvel album, Highlines, salué par la critique. On ne peut que vous inciter à l’écouter au plus vite.

Restons dans le jazz européen avec Lars Danielsson, suédois et contrebassiste qui nous délecte à chacune de ses sorties. Nous avons choisi de plonger dans son Liberetto, sorti chez Act en 2012, pour y repêcher la force tranquille d’Orange Market.

10 000 km, c’est la distance qu’il nous faudrait, de France, pour rejoindre Madagascar, pays d’origine et source d’inspiration de Gabrielle Randrian Koehlhoeffer. Sidewoman reconnue, elle a su démontrer avec le Gasy Jazz Project ses talents de compositrice. Une œuvre rythmée, à la composition fine.

Toujours mélange des genres et des cultures, il ne nous fallait pas passer à côté de Domain Domain, d’Ablaye Cissoko & Volker Goetze. Un duo kora-trompette au service d’une musique d’une tendresse et d’une mélancolie infinies.

Classiques du Jazz

Cette liste n’aurait pas été complète sans quelques monuments du Jazz pour lier le tout. L’occasion de réviser ses classiques et de s’évader grâce à une poignée de titres d’anthologie spécialement sélectionnés pour ce thème du voyage. Autant vous prévenir de suite, nous vous avons gâtés !

Première escale pour l’un des plus beaux hommages qui ait jamais été rendu à la guitare avec Beyond the Mirage du trio Al Di MeolaPaco de LucíaJohn McLaughlin, sorti en 1996. Réunion de géants pour un résultat exquis et enivrant, où guitares flamenca et jazz ne font qu’une.

Plus récent mais tout aussi mémorable, vous pourrez apprécier Seven Seas d’Avishai Cohen, sorti en 2011 sur l’album du même nom. Le contrebassiste y trouve un équilibre parfait entre subtilité et puissance, une rythmique riche et envoûtante, un joyau de créativité.

L’album Getz/Gilberto de 1963, pilier de la bossa nova, fera également partie de l’aventure. Parmi les pistes de cet album dont la plupart sont devenues des standards, nous avons choisi de vous jouer Doralice. Une chanson rayonnante, rythmée par la douce voix de Joao Gilberto et le phrasé du saxophone de Stan Getz. Comme une invitation à fermer les yeux et à se laisser aller…

Guidés par le hautbois de Yussef Lateef, vous pourrez aussi profiter du splendide Love Theme From Spartacus de l’album Eastern Sounds de 1961. Une ambiance délicate empreinte de sonorités orientales, un chef d’oeuvre d’arrangement !

Avant de finir ce périple, détour par Black Market de Weather Report issu de l’album de 1976 du même nom. Un morceau emblématique des années 70, groovy à souhait, qui pose les fondations du jazz-fusion pour les décennies suivantes ! Pour l’anecdote : bien que cet album marque une transition et entérine Jaco Pastorius comme bassiste principal du groupe par la suite, c’est Alphonso Johnson que l’on entend sur ce morceau !

Terminus, tout le monde descend ! Une sélection Couleurs Jazz à écouter sur les plateformes  de steaming, directement via le lecteur ci-dessous. et sur Couleurs jazz Radio ! Nous contacter sur Facebook pour les horaires de diffusion.

On vous donne rendez-vous très vite pour une prochaine playlist Couleurs Jazz, et en attendant bonne écoute !

©Photos :

Café grec
Image par analogicus de Pixabay

Jeune femme à la montagne
Image par StockSnap de Pixabay

Appareil photo
Image par Dariusz Sankowski de Pixabay

Lac
Image par 畅 苏 de Pixabay

Route
Image par jodeng de Pixabay

Pont (photo header)
Image par Tim Hill de Pixabay

Cette playlist et cette chronique ont  été concoctées par Jean-Baptiste Costa-Ludwig & Maxime Larcher.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest