Skip to main content

Faisant suite à 2 années de fermeture ( crise sanitaire, problèmes internes), le célèbre club de jazz nantais a réouvert ses portes le 14 janvier 2022.

Porté par l’association Nantes Jazz Action, depuis 1994, le Pannonica articule son action autour de 3 axes :

– la diffusion du jazz et des musiques improvisées ( concerts)

– l’action culturelle afin de permettre la découverte de ces musiques.

– l’accompagnement artistique en favorisant la résidence d’artistes.

Depuis le 14 janvier, de nombreuses actions et concerts s’y déroulent à nouveau. Á noter entre autres  les venues de : Le Cri du Caire et Erik Truffaz, Benjamin Moussay, Sélène Saint Aimé…

Ce samedi 23 avril, le Club accueillait donc Naïssam Jalal, flûtiste, compositrice et chanteuse franco-syrienne et son trio « Quest of the Invisible » qui réunit autour d’elle le pianiste brésilien Leonardo Montana et le contrebassiste français d’origine arménienne Claude Tchamitchian.

La quête de l’invisible mais aussi la quête du silence. Les tables du Pannonica ont été entassées dans un coin, le bar fermé pendant le concert, le bruit des obturateurs des appareils photos banni et enfin les chaises alignées pour accueillir les 140 personnes prêtes à partager la quête de Naïssam Jalal et de ses complices.

Le premier morceau , Al Leil (La nuit), donne le ton et nous éclaire, si je puis me permettre, sur la suite du concert. Musique orientale, teintée de jazz modal, les notes minimalistes du piano, la sonorité de velours de la contrebasse et la flûte nay plantent le décor et donnent l’ambiance.

Les titres des morceaux qui suivent indiquent à eux seuls la quête de Naïssam Jalal : Le Chant des nuages, Le Temps, L’âme du Voyageur, Songe, Ivresse.

Forts de plus de 80 concerts en commun, les 3 musiciens nous proposent une musique dépouillée, maitrisée où chacun est à l’écoute de l’autre et montre aussi son propre chemin. Naïssam Jalal nous offre des moments de transe à la flûte où la voix s’entend entre les notes soufflées.

Le concert se termine par un traditionnel rappel : Prière, où l’intro est effectuée à la fûte nay et le thème exposé au chant.

« Quest of the Invisible » peut s’arrêter là ce soir, chacun y aura trouvé des réponses, ou d’autres questions.

Mais…Silence.

©Photos Philippe Colliot

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest