Skip to main content

L’autrice, interprète, compositrice, Laura Buenrostro revient avec un album très coloré fort attachant, et ce dès la première écoute. Nous avions pu diffuser à sa sortie le très remarqué Brazilian Songs où elle était en quartet. Le 7 octobre 2022 sort donc Caracola, avec un line up de grande dimension constitué de « tueurs » ( !) la plupart fichés et bien connus de nos services.

Il faut dire que pour réunir une telle équipe de professionnels, il faut des arguments dont dispose en quantités, Laura Buenrostro.

Déjà, madame Buenrostro possède une voix ronde et chaleureuse hors du commun, servie par une technique éprouvée, acquise au Mexique, son pays, à l’Université Regiomontana où elle obtint son diplôme en chant lyrique.

C’est d’ailleurs sa mère, chanteuse lyrique également, qui l’initia à cet art.

Parallèlement, Laura s’intéresse très tôt à toutes sortes de musiques et elle est en particulier fascinée dès l’adolescence par ces chanteuses brésiliennes des années 60, Elizethe Cardoso, Elis Regina, Leny Andrade…

Dès 18 ans, au Mexique, elle chante dans différents clubs de jazz et cabarets de chansons ainsi que dans plusieurs chœurs, dont celui de Barry Manilow. En parallèle, elle enregistre des bandes sons pour des pubs et des feuilletons télévisés dont le Mexique est un très grand producteur. En France, elle enregistre la bande son du film « Mamirolle » de Brigitte Coscas composé par Nicolas Baby.

Après plusieurs années sur les scènes de musique classique et contemporaine où elle enregistre un album de musiques contemporaines latino-espagnoles elle a le désir de retourner à ses premières amours musicales et enregistre un disque-hommage à Elis Regina qui connut un succès mérité. Ainsi, commence une carrière dans le monde du latin jazz.  

En 2018, Laura Buenrostro relance ses albums Canciones Iberoamericanas et  Brazilian Songs  en  hommage toujours à Elis Regina sur le Label  Plaza Mayor Company.

L’idée de l’album Caracola germe alors de collaborations avec des artistes plasticiens. Elle expérimente une création sonore basée sur des poèmes ou des paroles écrites pour elle-même. Puis en 2017, elle collabore avec Fino Gomez, guitariste Franco-Uruguayen, dont les harmonies l’ont inspirée pour les mélodies et les paroles que l’on retrouve dans l’album : Cansada de Amar (funck), Coração Vagabundo (afoxeet Estou com você para o sexo (bossanova).  

Sur des harmonies du pianiste Laurent de Oliveira, elle compose des mélodies et des paroles pour Caracola (bolero,Chachacha ), Oxum,(chachacha) Direção ao sul (balade jazz),Não existo (bossanova) et Leva-me la (jazz funk).

Puis finalement elle invite dans l’album, sa fille, Iman Le Parc, chanteuse et pianiste sur sa propre composition qui est une balade jazz qu’elle interprète en anglais : My Lonely Love.

Toutes les chansons sont brillamment arrangées par Laurent de Oliveira et les paroles sont écrites par Laura en portugais et en espagnol. 

À noter en particulier le titre Oxum – que nous avons sélectionné pour le Best of de la Couleurs Jazz Week  interprété dans un mélange de portugais- espagnol et dans lequel on honore la déesse orixa Oxum. Une façon de rendre hommage aux cultures afro-cubaine et brésilienne, culture originelle de sa ville natale, fondée par les portugais et les espagnols. Les impressionnants registres vocaux de Laura Buenrostro peuvent ici joliment s’exprimer.

Nous avons particulièrement aimé également Le boléro chachacha Caracola qui donne le nom à l’album et qui est un hommage à ses racines mexicaines, au Mexique des années 40 et 50 où dans les cabarets, à l’atmosphère parfois obscure on dansait au son des orchestres où les parfums de l’alcool et des femmes aiguisaient le désir des`hommes. Caracola, icône du sexe est un jeu de mots à double sens pour attirer les hommes sur la piste de danse.

Direção ao sul raconte en métaphore une vie perdue mais avec l’optimisme de retrouver un nouveau chemin.

Laura Buenrostro nous dit : « Toutes les chansons sont Caracola : un mot inventé qui représente la beauté de la femme, sa sexualité, sa sensibilité, sa fragilité, sa douceur, ses amours perdus, la déesse, le sens de l’humour qui aime choquer avec son esprit rebelle.  

Chaque chanson doit son origine à un livre de poèmes ou j’ai pris des idées mais aussi à mon histoire de vie, à mes amours, à mes racines mexicaines, à mon amour pour la culture brésilienne. »

A noter également les contributions de tous les musiciens : les solos de guitare de Toninho do Carmo sur  Não existo ou Estou Com Você Para o Sexo.

Les percussions du cubain Inor Sotolongo, spécialiste des rythmes afro-caribéens et brésiliens, subliment tout l’album et en particulier Coração Vagabundo, Caracola, Não Existoet Oxum.

Les magnifiques solos de trompette de Philippe Siominski qui, avec Pierre Mimran saxophone et Jerry Edward trombone, ont donné une ambiance de cabaret au boléro Caracola et un style afro chachacha au titre Oxum.

Ecoutez également le magnifique solo au saxophone de Pierre Mimran sur Direcao ao sul.

Quant à Laurent De Oliveira très présent sur tout l’album, remarquez ses chorus sur Oxumet sur Leva-me.

Sans oublier les superbes chœurs de Carlos Esposito chanteur musicien percussionniste de musique salsa latine sur Caracola et Oxum.  

Et un mot encore sur deux grands musiciens qu’affectionne particulièrement Laura Buenrostro : Acelino de Paula à la contrebasse, à qui elle a confié le son et le mixage et Frederic Sicart, (que vous écoutez souvent sur Couleurs Jazz Radio par exemple aux côtés de Damian Nueva et de Baptiste Herbin sur l’excellent disque du pianiste Francis Lockwood, Minton’s Blues) à la batterie toujours élégante malgré les particularités de ces musiques exigeantes. qui sont la colonne vertébrale de tout le disque.

Un album qui devrait caracola en tête de nombreuses playlists !…

Personnel :                    

Laura Buenrostro : autrice, interprète, compositrice

Laurent de Oliveira : piano, arrangements et compositions (tracks 1, 2, 3, 4,6)

Acelino de Paula : contrebasse, son, mastering & mixage

Frederic Sicart : batterie

Toninho do Carmo : guitare

Pierre Mimran : saxophone

Jerry Edwards : trombone

Philippe Slominski : trompette

Inor Sotolongo : Percussions

Carlos Esposito : Chœur

Iman Le Parc : autrice, interprète, compositrice (track 5)

Fino Gomez : compositeur (tracks 7,8,9)

Direction musicale : Geoffroy Peuble

Studio d’enregistrement : Crossliner d’Yves Cuer

Label : Plaza Mayor Company Ltd

Production : Vibrations

Distribution : Sony Music the Orchard

Sergent Major Company

 Pour visiter le site de Laura Buenrostro, c’est par ici

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest