Hit Couleurs JAZZ

Ouverture très mélodique au sax soprano puis quelques envolées en volutes tournoyantes contre-chantées par le piano, le tout dans une atmosphère teintée légèrement de latino, avant de laisser la place aux notes cristallines d’une guitare très épurée et à une cavalcade du piano avant la réexposition du thème au soprano. C’est “So il Love”, le morceau qui ouvre le disque et annonce d’emblée le mélange des sons et des influences.

Jimmy Greene, multi-ancheur, nous livre son dernier album While Looking Up, au sein d’une rythmique étoffée par la présence de la guitare, du vibraphone et du Fender Rhodes. Huitième production sous son  nom, Jimmy Greene n’en a pas moins enregistré plus de 75 albums en tant que sideman et côtoyé nombre de grands jazzmen : Freddie Hubbard, Tom Harrell, Kenny Barron, Ron Carter, Steve Davis, Don Braden, John Swana, Mark Turner, Avishai Cohen et la liste est encore longue…

Sur huit compositions personnelles, Jimmy Greene démontre une croyance et une envie  de musique qui participe à une forme de renaissance eu égard à la tragédie qu’il a traversé en 2012. Entre morceaux très lyriques et pièces plus aventureuses, le souffleur s’emploie à jouer de et avec les sonorités élargies par la palette d’instruments mis à l’honneur. De la chaude cadence du ténor sur Good Morning Heartache aux doux liserés de la flute et de la clarinette basse sur April 4th, le voyage musical traverse aussi des cadences très différentes qui renouvellent l’écoute à chaque morceau.

La tapisserie d’ensemble ne serait pas complète sans le soutien bigarré des autres instrumentistes, comme une palette de sons qui donne à l’ensemble de l’exécution une profondeur faite de petites étincelles ouatées (Steadfast), grâce notamment aux interventions d’un Lage Lund très en doigts et plus qu’adroit dans ses fulgurances. Il faut écouter la profondeur de la nonchalance tranquille sur la ballade I Wanna Dance with Somebody (Who Loves Me) et la performance pianistique d’Aaron Goldberg dans le soutien et la relance du chant plaintif comme une prière. Sans doute des réminiscences de gospel dont il faut rappeler que le saxophoniste est aussi un adepte.

Un disque qui affirme encore la solidité et la présence de Jimmy Greene dont la  notoriété ne fait que confirmer la place éminente qu’il tient maintenant au sein de la communauté des saxophonistes jazz US .

PERSONNEL :

Jimmy Greene – saxophone soprano, saxophone tenor, flute, clarinette, clarinette basse
Aaron Goldberg –
piano, piano électrique Fender Rhodes
Stefon Harris –
marimba, vibraphone
Lage Lund – guitare
Reuben Rogers – contrebasse
Kendrick Scott – batterie

While Looking Up est un album Mack Avenue Records sorti en avril 2020.

©Photos Jimmy Katz

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest