Hit Couleurs JAZZ

Il est vrai que l’année est passée bien trop vite, que la vie a été profondément bouleversée. Aucun scoop là-dedans. Mais justement parce que notre actualité a été très dense, j’aimerais m’attarder sur un album qui aurait pu avoir le malheur d’échapper à l’attention du mélomane : New York Paradox (Zamzama Records/jazz&people).

 

On ne change pas une équipe qui gagne. Pour ce nouveau projet, sorti en mars 2020, Omer Avital a réuni son quintet qui l’avait accompagné sur son album Qantar (Zamzama Records), paru en 2018. Des musiciens israéliens expatriés aux États-Unis qui animent de longue date la scène jazz new-yorkaise. Ils ont la même culture musicale, ils fréquentent les mêmes clubs et sont naturellement devenus des amis très chers. Une complicité qui sera mise au service de l’album.

Alors pourquoi revenir, finalement, à cette sortie de mars dernier ? Parce que son écoute a eu sur moi une vertu thérapeutique que je considérerais comme égoïste de ne pas humblement partager. Je m’explique. L’énergie de la musique, portée par la composition d’Omer Avital, est communicative, rayonnante : tant les rythmes denses, touffus de Shabazi que le flux continu et tranquille de Just Like River Flows ou It’s All Good (Late 90s).

L’écriture musicale est, effectivement, notable par son efficacité. Elle suit peu ou prou le même schéma pour chaque morceau : une vague. La tension monte, lentement, inlassablement. Les solos s’enchainent : le jeu mélodieux d’Eden Ladin au piano, l’assise rythmique, ancrée au fond du temps, d’Omer Avital à la contrebasse, jusqu’au point de déferlement de la vague où la technicité des musiciens peut s’exprimer librement. À noter particulièrement les chorus enflammés des saxophonistes Asaf Yuria et Alexander Levin dans Shabazi.

Ce point de rupture, ce déferlement de musique, d’énergie est d’un caractère cathartique très jouissif. Après s’être lové dans la lumineuse étreinte qui entame Zohar Smiles, on entend le rythme s’accélérer, on se met à espérer l’éclat, la rupture. Les traits de la batterie d’Ofri Nehemya gagnent en fréquence, l’attente devient presque intenable. Enfin, le jeu des saxophonistes grandit en intensité, en puissance, jusqu’à faire émerger un duel musical aux envolées des plus virtuoses. L’éclat a lieu. Enfin, après la tempête, le calme. Le thème revient, on regagne ses repères.

L’écoute de ce New York Paradox est décidément complète. La musique d’Omer Avital est bienveillante et stimulante, pleine de tendresse et de chaleur. Et c’est ce qui la rend à la fois intemporelle et très nécessaire.

Album disponible à l’écoute via le lecteur ci-dessous :

Photo de couverture © Lior Tzemach

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest