Skip to main content
Hit Couleurs JAZZ

Malgré ses réelles qualités, l’étendue de son savoir musical et une production discographique pléthorique, Eddie Harris n’occupe pas dans l’histoire du jazz une place digne de son talent.

Sa carrière démarra sous les meilleurs auspices mais la critique jugea presque déshonorant le succès commercial d’Exodus, un titre de « Exodus To Jazz« , son premier album Vee Jay (1961), qui resta plus de trois semaines au Billboard Top 40 et se vendit à plus de deux millions d’exemplaires, un chiffre unique dans les annales du jazz. Puis, lui fut reproché son goût pour l’expérimentation qui l’amena à utiliser un saxophone amplifié par le système Varitone et à collaborer hors de la sphère jazzistique avec des musiciens comme Jeff Beck et Steve Winwood.

Eddie Harris – Der Saxophonist live in Concert 90er Jahre, Juli 1991
Keine Personenrechte verfuegbar, nur fuer redaktionelle Verwendung. Bankverbindung Hamburger Sparkasse BLZ 200 505 50, Kto 1218 465704 Steuernr. 03/165/21479, Finanzamt HH-Bergedorf, Veroeffentlichung gegen namentliche Nennung, Honorar incl. 7%ust. und Belegexemplar.

Si ses réserves sont en partie justifiées, Eddie Harris a aussi sorti des albums de jazz remarquables comme « The Last Concert » produit avec le WDR Big Band (Act Music, 1997) et le présent recueil que Michael Laages situe au même niveau que le légendaire « Swiss Movement » (Atlantic), enregistré en 1969 au Montreux Jazz Festival avec Les McCann.

On y entend un répertoire éclectique entre jazz, blues et soul, constitué presque entièrement de compositions d’Eddie Harris dans lequel figurent Free Jazz Dance que Miles Davis reprendra dans « Miles Smiles » ; Blue Bossa, un titre de Kenny Dorham mettant en valeur le guitariste Darryl Thompson ; Get Down avec le leader au piano et Eddie Who? où il évoque avec ironie le cours de sa carrière. Le tout impeccablement servi par des musiciens de haut vol visiblement heureux d’être de la fête. Dans ces conditions, Eddie Harris peut donner libre cours à son imagination, prendre des risques en signant des vocaux déjantés et des chorus de ténor farcis d’effets sonores surprenants et ravir son public. Une heureuse édition d’un beau concert.

Personnel :

Eddie Harris : trompette, saxophone tenor, piano, voix

Darryl Thompson : guitare

Ray Peterson : basse 

Norman Fearrington : batterie

Enregistré le 24 janvier 1988

Edité sous le label Jazzline 77106, distribué par Socadisc

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest