Skip to main content
ActualitéDans les bacsHITS Couleurs JAZZ

Alan Broadbent Nouvel album – “Developing Story” pour piano jazz trio & orchestre symphonique

Hit Couleurs JAZZ

“Developing Story” est un album longtemps rêvé par le double vainqueur et huit fois nominé des Grammy Awards, Alan Broadbent.

Ralf Kemper, producteur et également lauréat du Grammy, a invité Alan à accomplir son rêve et à enregistrer ses œuvres pour orchestre chez Abbey Road Studios à Londres.

Et pour que ce rêve soit encore plus beau, le London Metropolitan Orchestra a joué le rôle.

Le trio Jazz constitué par Alan lui-même s’est adjoint les compétences du grand Peter Erskine à la batterie et d’un compagnon de longue date, Harvie S à la basse.

Alan Broadbent est curieusement moins connu du grand public que bon nombre des étoiles du Jazz. Ce nouveau chef d’œuvre y contribuera enfin, peut-être.

Car pour bon nombre de spécialistes, comme le Président de l’Académie Française du Jazz, François Lacharme, avec qui nous en parlions dernièrement “Alan Broadbent est l’un des meilleurs pianistes, compositeurs, arrangeurs et chefs d’orchestre du monde”.

Aussi, cette fois, Alan Broadbent avec cet album a pu écrire sa propre histoire en enregistrant ses compositions originales pour trio de piano jazz et orchestre symphonique, en y ajoutant des standards de jazz tels que John Norton et Milestones de John Coltrane et  Miles Davis, dans le cadre d’un orchestre symphonique.

Écoutons l’album… + un bonus…!

Alan, rappelle dans ses notes :

“Vers la fin des années 70, l’idée initiale pour” Developing Story “…me sont venues des phrases entières de solos pour bois, avec contrepoint et tout. Mon problème est que je ne savais pas trop quoi faire de ça. … Les choses ont lentement pris forme lorsque je me suis rendu compte que plutôt que d’avoir un orchestre pour jouer du jazz avec le feeling (ça n’arrivera jamais, j’ai peur), je pourrais présenter ce travail avec une version trio jazz et l’idée est que l’orchestre pourrait m’aider avec ses jolies cordes. Ensuite, à un moment donné, l’orchestre semble dire : «Oui, nous le tenons. Maintenant, laissez-nous vous montrer comment nous pourrions exprimer nos idées sur la question, …”des côtés opposés d’une même musique, en développant ensemble, en créant l’histoire”. 

Je voudrais décrire brièvement quelques mouvements, ou poser quelques panneaux indicateurs, pour vous guider pendant près d’une demi-heure de musique continue :

Nous commençons par une forte introduction de l’orchestre qui s’ajoute au « thème du morceau » joué par le piano solo. La pièce entière est basée sur ces deux déclarations.

De là, une sorte de musique de voyage se développe dans une nouvelle version de “la pièce”. Après une improvisation du trio sur cette forme, les cordes se joignent en un joyeux arioso, seulement pour être rompues par une réaffirmation véhémente de l’introduction qui se déroule dans une version symphonique chaleureusement expressive du « thème du morceau ». Le piano s’arrête après un tranquile rappel de l’introduction.

Ceci est suivi immédiatement par une valse lente pour ma femme Alison, un thème de piano qui se déclare simplement avec des accords de cordes subjugués, une autre interpolation du “morceau”. Lors de l’improvisation, j’adore le subtil sentiment de swing que le jazz a même dans l’improvisation de ballades, ce sens de la danse avec le temps que je m’efforce toujours de jouer. Mais maintenant, après un doux accompagnement des cordes, l’orchestre a des choses plus profondes et plus expressives à dire en déployant son pouvoir et sa beauté.

Un étroit entrelacement des souffles des bois s’ensuit avec des variations par d’autres groupes qui regardent les choses qui se sont passées entre elles avec des conseils à venir.

Suit la troisième finale du mouvement ; Rapide, mais flottant. Il existe des préoccupations plus urgentes alors que le trio est présenté sur un morceau fragmenté du « morceau ». Se développe un solo de batterie par Peter, agissant comme un pont pour un chorus pour l’orchestre basé sur ces fragments. Ici, les cors dominent alors que d’autres sections lui font écho. Après avoir atteint un plateau de réflexion momentanée, les cors et le piano reviennent, poussant les cordes vers une clameur dramatique. À ce moment-là, le trio recommence, comme pour interjeter, “Mais comme je le disais …” Le dernier mot, cependant, est dans ” le thème ” lui-même, qui cherche constamment une percée seulement pour se dissoudre, non sans lutte , dans une résignation tranquille. Pour la dernière fois, le piano rappelle la mémoire.

Fin de l’histoire.

– 4 ballades de jazz pour trio et orchestre.

Pour moi en tant qu’improvisateur de jazz, les thèmes standard ont toujours été une porte d’entrée pour exprimer un sentiment du moment, généralement à travers les changements d’accords eux-mêmes. Une mélodie magnifique aide beaucoup, bien sûr. En tant qu’arrangeur retenant l’intégrité de l’air, je recherche des moyens personnels d’engager l’orchestre en contrepoint et en réarmement. C’est dans cet esprit que j’ai écrit ces arrangements -constructeur et compositeur ensemble – en conservant le moment pendant un certain temps.

“If you Could see me now”

Ce morceau a été mon préféré lorsque j’étais très jeune. Certains thèmes se prêtent à des variations infinies sans paraître perdre leur caractère. C’est l’un d’eux. Chaque fois que je l’improvise, je trouve la façon d’exprimer quelque chose de nouveau, et dans cet arrangement, j’imagine avoir un petit dialogue à travers les brumes du temps avec son compositeur, Tadd Dameron.

“Naima (on a starry night)”

En tant que jeune homme, j’ai été transporté par les progressions harmoniques que John Coltrane posa sur une mélodie d’une si noble simplicité, si céleste m’a-t-il semblé. Conformément à ce thème astral, voici ma vision de cette belle chanson, une étoile parmi les étoiles.

“Variations on Blue in Green”

Quand j’étais avec Quartet West, ce célèbre standard de jazz de “Kind of Blue” était un des favoris de Charlie Haden. Il aimait le jouer. Cet arrangement est dédié à la mémoire de Charlie. Le titre me transmet les couleurs des eaux vives qui courent profondément, coulant toujours sous la surface.

“Lady in a Lake”

J’ai écrit cette chanson pour Quartet West lorsque nous étions associés au Film Noir et à l’amour de Charlie pour Raymond Chandler. Le titre a également été transformé en une célèbre expérience cinématographique des années 40, Philip Marlowe en acteur principal. Après des années à forger ma route, j’arrive seulement maintenant à écrire de cette façon. 

” Milestones (first flight)”

Une fois que l’idée m’est venue, cet arrangement symphonique s’est écoulé rapidement du crayon au papier. Mais après un certain temps, je me suis senti coincé sur ce qui semblait être une route répétitive sans issue. Roulant vers le nord dans l’État de New York avec mon fils, par une journée de printemps, un nouveau thème basé sur la forme originelle de Miles Davis est venu soudainement à moi, se libérant de ses racines, capable de déployer ses ailes et voler. Mon fils, heureusement, comme il s’est avéré, avait les pieds fermement sur terre. Nous avons fait un brusque arrêt sur le côté de la route et je l’ai complètement écrit.

“The Chidren of Lima”

Je l’ai écrit au début des années 1970 pour Woody Herman et l’Orchestre symphonique de Houston. Je me souviens d’un tremblement de terre dévastateur au Pérou à cette époque, et le sort des enfants dans les rues de Lima me rendaient impuissant. Cette berceuse était la seule façon que je trouvais pour répondre aux souffrances des petits, partout sur terre. Avec un peu de peaufinage, il reste tel que je l’ai initialement composé, maintenant orchestré pour la symphonie seulement et dédié à Woodrow Charles Herman, notre bien-aimé Road Father.

Alan Broadbent

Alan Broadbent – piano, compositions, arrangements, conduction

Peter Erskine – batterie

Harvie S – basse

London Metropolitan Orchestra – Symphony Orchestra

“Developing Story” est un Eden River Records

Homepage et Alan’s Facebook

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest