Pinktown quintet. Le quintet de la ville rose. Traduction facile et pourtant éponyme de la formation conduite par Philippe Léogé.

Qui se souvient du Big Band 31 sous la baguette de celui–là même qui préside aux destinées de ce quintet.

Après la période arrangement, orchestration et piano solo, le voici à nouveau à la tête d’un quintet hard bop qui sonne très américain. Normal après tout pour des Nougayork boys.

Une affaire de famille puisqu’on retrouve ses deux fils dans le line-up.

Un enregistrement qui navigue entre bop de soigneuse tenue (The Squirrel Blues) et atmosphère plus délicate d’un jazz aux accents parfois Debussyen (Dolphin Dance) et qui laisse sa place aux intervenants comme un leadership partagé. A noter les très justes et acérées interventions des souffleurs.

Avec une rythmique omniprésente et plus qu’assurante et un piano qui tisse une toile volubile mais sachant rester charnelle, voilà le nouveau quintet français néo-bop qu’il ne faut surtout pas mésestimer et encore moins rater.

Un jazz aux bords de Garonne teinté d’East River flamboyant comme les block chords de Léogé sur « Ecaroh » et les reprises cuivrées qui font par instant penser à la signature du Jazztet de Golson.

Mention spéciale pour les méandres volutiques de la trompette sur “A Ray of Sunshine from Tenerife“.

Interprètes :

Philippe Léogé, piano

Adrien Dumont, trompette et bugle

Alessandro Torsiello, saxophone tenor

Denis Léogé, contrebasse

Jordi Léogé, batterie.

Pinktown 5tet est un album Klarthe Records

Leave a Reply

Pin It on Pinterest