Hit Couleurs JAZZ

La montée en tension est palpable dès le premier morceau (Some Things are just so Simple) ou l’ouverture en solo de la contrebasse cède le chant aux souffleurs, qui de saxophones en trompette assurent l’escalier vers les rêves. Ceux de Misha Mullov-Abbado apparemment.

D’inspiration très lyrique, l’enregistrement ne manque pas pour autant de vitalité assurée en grande partie par le trio de souffleurs très en verve que ce soit sur des morceaux très enlevés ou au contraire étales (The Infamous Grouse vs Little Vision). Il suffit d’écouter le morceau “Seven Colours“, sa débauche cuivrée et ses cavalcades de saxophones échevelés pour s’en convaincre. L’effet donne une teinte big-band très marquée, à croire qu’ils sont seize sur la plage ! Non, non ce n’est pas du re-recording, ils ne sont que 6 mais sonnent comme si…

River House Barn – ©Photo Aga Tomaszek

Troisième livraison sous son nom ; fils du célèbre chef d’orchestre italien Claudio Abbado et de la violoniste russe Viktoria Mullova ; notre contrebassiste a de qui tenir en terme de classicisme que ce soit dans ses compositions originales ou dans l’exécution de ses lignes de basse. Une basse très présente, très prenante, qui va bien au-delà de son rôle de soutien et produit comme une forme de contre-chant continu sans tomber dans la lourdeur. Mixée très en avant, sans doute la patte du bassiste Jasper Holby, superviseur de l’enregistrement et producteur pour l’occasion. Cette chaleur expressive de la basse très mélodique se conjugue à merveille avec le l’étincelance des cuivres, le tout orné par un pianiste dont les deux mains se disputent pour décrocher la note.

On nous annonce un rêve, pour le circus écoutez plutôt Little Astronaut, petite pièce délirante qui nous emmène au balcon des cirques en rond. Les clowns sont sur la piste pour des pitreries grandioses. Bien qu’enregistré en studio, ce disque prend l’âme d’un live tant les interprétations paraissent au libre cours des musiciens. Mais attention, il ne s’agit pas d’une interprétation à vau l’eau, on perçoit aisément la patte du compositeur, et la liberté apparente laissée aux musiciens n’en ait que le gage d’une parfaite maîtrise de l’écriture.

L’album se clôt sur le titre Blue Deer qui commence comme une symphonie pour se poursuivre sur un ton jazz funk avec des intonations hard-bop, un mélange des genres parfaitement orchestré qui donne finalement la teneur de l’ensemble : un jazz d’aujourd’hui qui n’a oublié ni l’harmonie académique ni la folie du rythme.

Un disque de copains paraît-il ? Sans doute est-ce là l’explication de cette joyeuse visite au pays des songes de cirque.

Personnel :

Misha Mullov-Abbado – contrebasse
James Davison – trompette et bugle
Matthew Herd – saxophone alto
Sam Rapley – saxophone ténor
Liam Dunachie – piano et orgue Hammond
Scott Chapman – batterie

Dream Circus est une production du label Edition Records – 2020

Header Photo ©Riverhouse Barn – Aga Tomaszek

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest