« Écran Noir » de Noël Balen

Du jazz, Noël Balen possède l’histoire qu’il a abordée avec L’Odyssée du jazz (Liana Levi) mais aussi l’esprit qu’il évoque dans Mingus Erectus publié chez Le Castor Astral. Dans ce court roman, il se livre à un travail de fiction traitant des rapports entre jazz et cinéma.

Deux producteurs proposent à un romancier d’écrire le scénario et les dialogues d’un long-métrage racontant la carrière d’une star du jazz, Loretta McCullers, maintenant retirée aux États-Unis. Ayant reçu l’assurance de travailler avec une liberté totale et de bénéficier d’un gros budget, celui-ci accepte avec enthousiasme et crée sous nos yeux son personnage en écoutant des standards du jazz et en visionnant des DVD.

Ceci nous vaut une belle évocation de films où le jazz tient une place essentielle. Des souvenirs surgissent avec en toile de fonds la musique d’Ascenseur pour l’échafaud, d’À Bout de Souffle et de Bird qui donne force et mouvement à l’écriture agile de Noël Balen.

Le projet prend forme, l’intrigue se précise mais l’aventure se révèle plus ardue que prévu : l’un des deux producteurs est un escroc, l’autre, un loustic criblé de dettes ; les deux ont pour seul souci de réaliser un gros coup et l’affaire finit par capoter.

Les rapports du jazz et du cinéma quand la fiction rejoint la réalité.

Marest Éditions (2018). ISBN : 979-10-96535-14-9

Articles liés

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest