Richard Galliano et La Seine Musicale proposent ce soir du 30 janvier une création originale

Road-movie musical et choral, l’oratorio* Les Chemins Noirs, inspiré du premier roman de René Frégni** paru en 1992 et mis en musique par Richard Galliano, retrace le parcours initiatique d’un homme, entre solitude, humour et survie, en quête de soi et d’espoir, dont chaque pas le guide de l’ombre à la lumière sur les routes bordées par la Méditerranée.

Une fresque musicale où se mêlent classique, jazz et improvisation, portés par l’écriture inspirée de l’accordéoniste et la puissance évocatrice du chœur Musiques en Jeux, dirigé par Alain Joutard.

Distribution :
Richard Galliano, accordéon, mellowtone
Bruno Rousselet, contrebasse
René Frégni, récitant

Livret : Francine Couturier

Chœur Musiques en Jeux 
Alain Joutard, direction

Coproduction STS EVENEMENTS – La Seine Musicale /Richard Galliano Music

Pour réserver vos billets !

(*) Oratorio : Œuvre lyrique dont le sujet, essentiellement religieux, est développé sous la forme d’un dialogue dramatique faisant alterner chœurs, arias et récitatifs. D’effroyables oratorios capables de changer les hommes en pierre et de congeler l’esprit de vin (Berlioz, À travers chants, 1862, p.235)

(**)Le roman Les chemins noirs de René Frégni

Raconte l’histoire d’homme jeune, très jeune, qui commet un jour, sans le vouloir, un acte irréparable et qui dès cet instant est obligé de fuir de Verdun à Paris, de Paris à Marseille, de Marseille en Corse, de Corse en Italie, d’Italie au Monténégro, du Monténégro en Turquie, de Turquie en Grèce, et enfin de Grèce à Marseille, dans l’immédiat après Mai 68, où il découvrira en tant qu’aide-infirmier cet autre monde qu’est l’hôpital psychiatrique.
Telle est donc la trame picaresque du premier roman de René Frégni qui sait de quoi il parle, longtemps familier de la route et compagnon de l’aventure, et qui surtout exprime admirablement la solitude, la détresse, l’humour et l’inébranlable volonté de survivre d’un être désormais en marge.

©Photo couverture : Patrick Martineau

Leave a Reply

Pin It on Pinterest