Couleurs Jazz Média était présent au 40ème Festival Django Reinhardt qui se déroule dorénavant depuis 2016, dans la Prairie du Bois d’Hyver à Fontainebleau. Du 4 au 7 juillet 2019 se sont succédés Swing Manouche, Soul-Jazz, Electro-Swing, Pop-Tropicale, Afro-Cubain…

Voici la chronique de ce rendez-vous annuel, sous la forme d’un Portfolio :

Jeudi 4 juillet, en ouverture du Festival, Gwen Cahue (guitare) en trio avec Julien Cattiaux (guitare) et William Brunard (contrebasse) avec un invité spécial, Bastien Ribot et son violon.Ils nous proposèrent une étonnante relecture de répertoires allant de Django Reinhardt à Michel Petrucciani.

L’organiste Delvon Lamarr enchaina, accompagné de Jimmy James (guitare) et Doug Port(batterie) pour un moment soul, jazz et rhythm & blues très enlevé.

Pour clore la soirée en une explosion de sons et de lumières, le DJ Parov Stelar, entouré d’une formation hors normes : Elena Karafizi et Lee Anduze aux chants, les soufflants Sebastian Grimus, Marc Osterer et Jacky Mayr, Michael Wittner et Willie Larsson Jr.  pour la rhytmique, mirent le feu à la prairie, pleine d’un public enthousiaste.

Vendredi 5 juillet. Belle rencontre de Romane, à la guitare avec le Paris Swing Ochestra, pour un répertoire de la «Swing Era» qui n’avait jamais été joué auparavant en big band, du moins avec un guitariste de ce style.

Les interprètes :

Romane: Guitare soliste.

Denis Jusseaume, Marcel BornsteinGuy Bodet,Michel Bonnet : trompettes,

Patrick Bacqueville :  trombone et Chant, Pierre Guiquéro : trombone , Jean Pierre Dumontier: trombone et arrangements,

Olivier De Faïs, saxophone alto

Marc Richard : saxophone alto, clarinette, arrangements & direction musicale,

Nicolas Montier, Pierre-Louis Cas : saxophones ténor,

Philippe Chagne : saxophone baryton,

Jacques Schneck : piano,

Enzo Mucci : guitare rythmique,

Gilles Chevaucherie : Contrebasse,

Michel Sénamaud : batterie

La chanteuse Mayra Andrade et sa pop tropicale, habillée tel l’ange blanc et entourée de Tiss Rodriguez, percussions, Swaéli Mbappé, basse, Nicolas Vella, clavier et Euclides Gomes, guitare, a conquis le public venu en nombre dès ce début de soirée.

 

Maravillas de Mali nous renvoie à l’histoire du premier groupe “afro cubain”, le seul à chanter en espagnol, en bambara et en français et qui a, en quelque sorte, lancé la « World Music». Boncana Maiga, chanteur et chef d’orchestre et dernier témoin du groupe d’origine et Manolito Simonet aux arrangement et au piano se sont entourés de Juancito Hurtado, David Reicer, Bencomo Guedes, Eduardo Coma, Armando Garcia Fernandez, Reicel Pedroso Diaz, Nahomi Stephany Guerra Mayan, Inor Sotolongo, Abraham Mansfarroll, Sergio Fernandez Pedroza et Felipe Cabrera Cardenas pour nous transporter dans leur île de Cuba.

Samedi 6 juillet. En ouverture de la journée, le virtuose Tchavolo Schmitt, en digne héritier de Django, avait invité Laurent Zeller  au violon, Julien Cattiaux  à la pompe et Claudius Dupont à la contrebasse, pour régaler les nombreux amateurs et admirateurs du Swing Manouche.

La chanteuse Cyrille Aimée, l’enfant(e)du Festival puisque née à Samois, était très attendue pour enchaîner et présenter son dernier album. Elle était accompagnée des excellents Laurent Coulondre, claviers, Jeremy Bruyere, basse, Yoann Serra, batterie, Ralph Lavital, guitare, Maxime Barton, saxophone et Bjorn Ingelstam trompette.

Intermèdes depuis la scène des luthiers avec le trio d’Adrien Marco à la guitare qui avait convié William Brunard à la basse et Mathieu Chatemain, à la guitare, à le rejoindre.

 

Puis avec Fiona Monbet qui avait invité Antoine Boyer, guitare, ainsi qu’Arthur Henn à la contrebasse et Pierre Cussac à l’accordéon.

Les « Esprits Manouches » envahirent ensuite la grande scène avec Thomas Dutronc aux commandes et une belle troupe de musiciens pour l’entourer : Rocky Gresset et Jérôme Ciosi, guitares, Aurore Voilqué, violon et David Chiron, contrebasse. « Live is Love »

Dimanche 7 juillet, l’accordéoniste Marc Berthoumieux ouvrit le bal entouré par un trio d’exception : Giovanni Mirabassi, au piano, Laurent Vernerey, à la contrebasse et Stéphane Huchard, à la batterie pour  un concert original qui célébra l’ouverture de ce dernier jour du Festival 2019.

Le compositeur et guitariste Gonzalo Bergara en 4tet  avec Andrea Todesco, guitare, Pete Thomas, contrebasse, et Maki Bergara au cajon, nous transporta vers son univers constitué de jazz progressif aux influences Reinhardtiennes mêlé aux musiques de son Argentine natale.

Christian McBride,une nouvelle fois, innova en nous proposant une nouvelle formule avec deux DJ aux platines et donc une nouvelle formation qui fit le tour des festivals de l’été après être passée au New Morning. Un jazz résolument funk !

Interprètes :

Patrice Rushen, claviers, Alyson Williams, voix, Ron Blake, saxophone et  DJ Logic et Jahi Sundance Lake aux platines.

Pour clore cette édition du festival, Ibrahim Maalouf, un habitué, avait invité l’Haidouti Ochestra, ses cuivres et percussions éclatantes.

…Ainsi que de jeunes danseurs, pour une fin de soirée où le public se montra en nombreux très enclin à se trémousser jusqu’au bout de la nuit.

Interprètes :

François Delporte : guitare ; Jacques Colas : chant; Edika : chœur ; Sylvain Dupuis : batterie ; Tapan Dogan Poyraz : percussions ; Amar Chaoui : derbouka; Mihai Pirvan : saxophone ; Martin Saccardy, Yvan Djaoudi , Manel Girard et Yasha Berdah : trompettes ; Charlotte Auger, Alon Peylet et Julien Oury : tuba; Edi Negon Borges, Daniele Israel : trombones ; Denys Danielides : helicon ; Nuria Rovira Salat : danse ; Jasko Ramic : accordéon.

Le Festival réserve aussi parfois des surprises, back Stage !

©All Photos Patrick Martineau / JzzM pour Couleurs Jazz Media.

 

Leave a Reply

Pin It on Pinterest