De tout temps, en tous lieux, la parole du monde s’est incarnée dans celle du barde, du troubadour ou du griot. Ces artisans poètes, tout autant passeurs que pacificateurs, sont le trait d’union avec les forces de la nature, le divin indicible, la mémoire des anciens. Il leur revient d’entretenir le foyer quotidien de l’âme collective. 

De nos jours, ces libres penseurs et voyageurs font du monde leur jardin… À la façon des musiciens de Constantinople et Ablaye Cissoko, griot de Saint-Louis du Sénégal, éternel oiseau migrateur et maître de la kora.

On dit de cette harpe luth du royaume mandingue qu’elle était le bien le plus précieux et disputé de la femme-génie. De cette créature céleste, Ablaye semble avoir hérité la grâce. Douceur de son timbre, finesse de ses lignes mélodiques, fluidité de son doigté, virtuosité sans tapage, propos d’une générosité ciselée, écho à l’enfance et maturité du sage mêlées.

Entre le trio Constantinople et Ablaye Cissoko, au commencement, la rencontre simple des cordes et des voix qui rappellent aux sources la beauté d’être. Puis, la traversée conjointe des lieux communs de l’imagination, comme une longue respiration face à la marche inexorable du monde et du temps.

Interprètes :

Ablaye Cissoko : kora et voix
Kiya Tabassian : setâr et voix
Pierre-Yves Martel : viole de gambe
Patrick Graham : tombak & percussions

Ouverture des portes du Pan Piper : 19h30 – Début du concert : 20h00

Pour réserver vos billets !

Leave a Reply

Pin It on Pinterest